Interview de Roselyne Bachelot, Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, sur l’ouverture du débat sur la dépendance

Home » Interview de Roselyne Bachelot, Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, sur l’ouverture du débat sur la dépendance » Revue de presse » Presse généraliste » Personnes âgées » Interview de Roselyne Bachelot, Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, sur l’ouverture du débat sur la dépendance

O. Auguste & A. Leclair, « Bachelot lance le débat sur la dépendance », Le Figaro, le 26 novembre 2011.

Pour mémoire, on rappellera que le débat sur la dépendance a vocation à permettre l’émergence de réponses au défi financier que représente l’envolée de 40% dans les quinze ans à venir des dépenses liées à la perte d’autonomie des personnes âgées.

Dans cet entretien, Madame Bachelot indique que ce débat se pencherait en priorité sur le cas des familles qui ont des frais importants à supporter.

Elle précise qu’elle le conçoit comme un débat de très grande ampleur. Ainsi, conviendrait-il, selon elle, qu’il ne soit pas limité à son ministère, mais qu’il implique de nombreux autres ministres. Elle envisage également qu’il s’agisse d’un « débat citoyen ». A cet égard, elle avait déjà précisé qu’il s’agirait d’un « grand débat qui va durer six mois et concerner le tissu associatif, les fédérations professionnelles, les parlementaires et les collectivités territoriales ».

En outre, elle apporte des précisions quant au calendrier : « Le vaste débat national va se dérouler au premier semestre 2011. Comme le président l’a annoncé, des mesures législatives doivent être votées à l’automne 2011 dans le cadre du PLFSS (projet de loi de financement de la Sécurité sociale) pour 2012. »

En ce qui concerne le financement de cette politique publique, elle exclut le recours sur succession qui consisterait en des prélèvements sur les héritages destinés à rembourser l’Etat d’une partie des allocations versées aux personnes dépendantes et qui avait été évoqué par le Président de la République.

Enfin, elle se déclare favorable à un cahier des charges pour réglementer le marché des services aux personnes âgées.

Lien temporaire vers l’article.

Vous appréciez cet article? Partagez-le: