La « grand-parentalité active » ou comment valoriser le rôle des grands-parents seniors actifs qui gardent leurs petits-enfants

Home » La « grand-parentalité active » ou comment valoriser le rôle des grands-parents seniors actifs qui gardent leurs petits-enfants » Actualité jurisprudentielle » Famille - Avocat » La « grand-parentalité active » ou comment valoriser le rôle des grands-parents seniors actifs qui gardent leurs petits-enfants

Le Centre d’Analyse Stratégique propose la création d’un « congé grand-parental » dans une note sur la grand-parentalité active ( n°199 de novembre 2010).

« Environ deux grands-parents sur cinq prennent en charge leurs petits-enfants presque chaque semaine…
L’allongement de l’espérance de vie confère aux seniors une place croissante dans la solidarité intergénérationnelle« .

Partant de ces constations, le Centre d’Analyse Stratégique invite à mener une réflexion sur la place des seniors dans la solidarité familiale en proposant notamment l’institution d’un « congé grand-parental » (le Centre d’analyse stratégique est une institution d’expertise et d’aide à la décision placée auprès du Premier Ministre).

« Une analyse de l’aide grand-parentale fournie par les seniors en emploi et des aspirations à la grand-parentalité » permet au Centre d’Analyse Stratégique d’avancer 3 propositions dans son rapport.

Proposition n°1 : En s’appuyant sur une analyse fine de l’aide grand-parentale fournie par les seniors en emploi et des aspirations à la grand-parentalité active en fin de carrière, mettre en place des services d’accueil innovants : par exemple, développer l’accès aux crèches d’entreprise des petits-enfants des salariés.
 
 
Proposition n°2 : Valoriser l’image de la grand-parentalité active (extension de dispositifs tels que la carte famille-enfants aux grands-parents) et faire connaître les dispositifs mobilisables dans les plans seniors. L’ANACT, la DGEFP (3) ou les caisses de retraite pourraient communiquer sur ceux-ci (dont les dispositions de la loi 2003 (4)).
 
 
 
Proposition n°3 : Étendre les dispositions de la loi de 2003 sur la retraite et le temps partiel à un « congé grand-parental » limité dans le temps, utilisable sous forme de temps partiel, supérieur à 80 % et annualisé, ou de congés. Permettre des abondements du compte épargne-temps pour financer l’écart de rémunération éventuellement induit par la mesure.
 
 
 
 
 
Note sur la « grand-parentalité active » du CAS, n°199 de novembre 2010
 
Sur ce site : Les droits des grands-parents
 
 
 
Vous appréciez cet article? Partagez-le:

Leave a Comment

Protected by WP Anti Spam